forum KIMBDHELIRANT

Nous sommes une bande farfelue mais très sérieuse qui souhaitons pouvoir nous parler et nous retrouver en toute convivialité...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

 

 Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !)

Aller en bas 
+6
mabeille
tad-kozh99
léni
Isa
JeanClown
Fripili
10 participants
Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30
AuteurMessage
tad-kozh99




Messages : 7449
Date d'inscription : 14/10/2016

Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !) - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !)   Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !) - Page 30 EmptySam 26 Mar - 7:03

Alerte Mobilisation !
Une pétition mobilise la communauté MesOpinions.com. Ce combat citoyen peut vous intéresser.
Pour l'autonomie de la Bretagne réunifiée

Pour l'autonomie de la Bretagne réunifiée


Auteur : Bretagne libre
Il n'y a jamais eu de traité d'Union entre la Bretagne et la France. Publié le 2/12/11 14:02, dans Article par Philippe Argouarch pour ABP.

Suite à un commentaire de notre interview d'Edwy Plenel (voir notre article) parlant d'un soi-disant traité d'Union de la Bretagne à la France, un groupe de passionnés d'Histoire de Bretagne met au défi tous les historiens français ou bretons ou anglo-saxons ou de n'importe quel pays de produire ne serait-ce qu'une copie dudit traité.

Le traité n'existe pas. C'est une pure invention manigancée par les historiens français dans leur vaste histoire romancée qui sert de propagande à l’État pour justifier ses prédations passées ou présentes.

Il y a bien eu le traité du Verger en 1492 après la défaite du duc de Bretagne et il y a eu le contrat de mariage d'Anne de Bretagne avec Louis XII en 1499 ; ce sont les deux derniers traités qui définissent les relations entre le duché et le royaume de France.

Nous reproduisons ci-dessous la réponse du Dr Melennec envoyée à ABP, un médecin et un juriste docteur en droit, et historien spécialiste de cette période de l'Histoire de Bretagne :

1 - Il ne s'agit pas d'un décret, mais d'un édit. La terminologie est capitale : en France, le roi est à lui tout seul le pouvoir législatif, il n'est entravé par rien. En Bretagne, le pouvoir législatif appartient au “Parlement général de Bretagne“ [1] (désigné souvent sous le nom d'État de Bretagne). Le Duc, fait important, joue certes un rôle important dans l'élaboration des lois bretonnes, mais n'est pas, en aucun cas, le pouvoir législatif à lui tout seul : il n'est que ce que nous appelons aujourd'hui le pouvoir exécutif : il a l'initiative des lois ; c'est la Chancellerie qui rédige les textes (après de larges consultations préalables), qui sont promulgués par le Duc. Mais le pouvoir législatif, à proprement parler, appartient au Parlement général.

Le régime politique breton, avant les invasions françaises est donc résolument moderne, une forme de “démocratie” - si l'on peut s'exprimer ainsi, sans être taxé d'exagération - est en marche sous nos Ducs souverains. Dans l'ensemble, nos Ducs ont été des souverains valables, et dévoués à leur pays. Les Bretons ne réalisent pas l'énorme retour en arrière de notre pays sous la férule de la France, qui va nous ruiner progressivement au cours des siècles suivants, jusqu'à faire de nous plus qu'un «Ploukistan» : le trou du cul de l'Europe. S'il vous reste un peu de fierté, Bretons, pleurez, et redressez-vous !

2 - Il n'y a aucun traité entre la France et la Bretagne, puisque cette prétendue “Union” n'a pas été ni discutée, ni voulue, ni signée, ni paraphée par les Bretons, qui n'ont pas même été consultés (si ce ne sont quelques collabos).

Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !) - Page 30 2300508124 écroulé... écroulé... écroulé...
Revenir en haut Aller en bas
JeanClown

JeanClown


Messages : 18115
Date d'inscription : 12/10/2016
Age : 67
Localisation : Aindinoi

Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !) - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !)   Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !) - Page 30 EmptySam 26 Mar - 7:48

Bonjour à vous bisou bisou bisou

Et aussi
Les autonomistes bisou
Les indépendantistes bisou
Les Savoie bisou
L’Alsace & la Lorraine bisou
Le pays Occitan

J’en passe et j’en oublie,…

Ha oui et même les Bretons bisou bisou bisou
Revenir en haut Aller en bas
JeanClown

JeanClown


Messages : 18115
Date d'inscription : 12/10/2016
Age : 67
Localisation : Aindinoi

Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !) - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !)   Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !) - Page 30 EmptyDim 10 Juil - 9:34

Comment les américains visitent la Bretagne

Vu des États-Unis
Comment je me suis laissé séduire par la Bretagne

11 MIN
THE WASHINGTON POST (WASHINGTON)
Réticent à l’idée de passer ses vacances en Bretagne – et de devoir parler français en maillot de bain avec sa belle-mère –, ce journaliste américain raconte comment il s’est (un peu trop) laissé conquérir par les charmes de la région…
Une image hante encore ma mémoire après deux semaines de vacances en Bretagne, région de France qui n’était pas celle que j’avais prévu de visiter à l’origine : ce moment où, entrant dans une boulangerie, j’ai vu sept abeilles tournoyer au-dessus d’une tarte. Il n’est pas rare de trouver des abeilles dans les boulangeries françaises, mais sept sur une tarte, il y avait de quoi être impressionné. D’autant qu’il s’agissait d’abeilles visiblement très excitées. Et je savais exactement ce qu’elles se disaient : “Hé, les copines ! Vous y croyez, vous ? On est entrées dans la boulangerie ! Et on a trouvé le passage dans la vitrine réfrigérée ! Et maintenant on déguste la crème de la crème de cette boulangerie ! Youpi !” Je n’avais jamais vu des abeilles aussi heureuses de leur sort.

Cauchemar breton
Ma copine française et moi avions prévu de partir dans le sud-ouest de la France pour dix jours de marche sur les chemins de Compostelle, le célèbre pèlerinage du Moyen Âge. Mais quelques semaines avant le départ, Véronique a eu des soucis de santé et les longues marches lui ont été déconseillées. Elle m’a donc proposé de la rejoindre en Bretagne, une région située à plus de 900 kilomètres de notre destination initiale, où elle a grandi et où vivent sa mère et bon nombre de ses amis. Sa mère habite à Lorient et un ami de Véronique possède un appartement à Larmor-Plage, une petite ville côtière inconnue des touristes et entourée de plages désertes. Elle m’a vendu ce séjour comme l’occasion pour moi de rencontrer sa mère et ses amis, de voir où elle passait ses vacances quand elle était petite et de lézarder sur la plage.

Lire aussiVu d’ItalieLa France, cette autre planète balnéaire
Je pouvais difficilement imaginer pire. J’avais pensé à un voyage en terrain neutre, dans une région inconnue de nous deux. Au lieu de ça, elle me proposait de passer mes vacances dans son fief, sans autre programme que de rester sur la plage et de passer du temps avec sa mère et ses amis. Mon français est correct mais un peu rouillé. Je ne suis pas une créature sociale, même en anglais, et je ne me sens pas particulièrement à l’aise à la plage. Je n’ai jamais eu un niveau de tolérance très élevé pour le sable. Je prends vite des coups de soleil. Je deviens vite nerveux. En toute honnêteté, je ne vaux probablement pas grand-chose en tant que petit copain. Reste qu’il n’y avait guère d’autre solution. J’ai donc fait ce que tout homme doté d’un demi-cerveau en état de marche aurait fait : j’ai répondu que ça avait l’air fantastique.

“Du potentiel”
Trente-six heures après avoir décollé de l’aéroport international de Dulles, je me suis retrouvé dans un café de Larmor-Plage, face à une marmite de moules accompagnées d’une solide bière d’abbaye et de frites délicieusement croustillantes à tremper dans de la mayonnaise faite maison. (Les frites-mayonnaise peuvent paraître une hérésie mais c’est délicieux. Le voyage élargit décidément nos perspectives, au moins en matière de mayonnaise.) Les moules avaient le goût iodé de la mer. On en trouve partout en Bretagne. Depuis le café lui-même, je pouvais voir des pêcheurs à pied, équipés de seaux en plastique, s’affairant au-dessus des rochers. Et cette bière d’abbaye avait manifestement été produite par des moines convaincus que la vie en ce bas monde ne devait pas être dénuée de plaisirs. Je commençai à me détendre. Il y a du potentiel ici, pensai-je.

Lire aussiVu du Royaume-UniLes Français, ces vacanciers presque parfaits
Larmor-Plage est un village côtier d’environ 8 000 âmes, situé à un peu plus de 6 kilomètres de Lorient et ses 50 000 habitants. C’est un lieu très largement ignoré des guides touristiques et dont les infrastructures d’accueil et de divertissement se limitent à la location de planches à voile et de petits bateaux ainsi qu’à la présence d’une poignée d’hôtels et une offre raisonnable de cafés et restaurants. Ce coin de Bretagne n’est pas isolé, mais il ne possède pas la même aura que des villes comme Saint-Malo, Rennes ou Dinan – une petite commune historique et très à la mode à laquelle mon guide consacrait la majorité de son chapitre consacré à la Bretagne. Larmor-Plage et Lorient ont été presque entièrement rasées par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, leur architecture n’a donc même pas quatre-vingts ans. Ce qui me convenait parfaitement. Le problème, quand on séjourne dans la Bretagne de carte postale, c’est qu’elle attire une foule d’autres touristes, ce qui pousse à la construction d’infrastructures, ce qui amène des problèmes de stationnement et finit par vous donner l’impression de n’être qu’un portefeuille ambulant parmi d’autres. Il est nettement préférable – du moins pour moi – de s’installer en dehors des sentiers battus et de partir à la journée pour visiter des coins charmants.

Promenade pacifique
Nous avons visité la base sous-marine de Lorient, un immense site d’entretien pouvant accueillir jusqu’à 30 sous-marins en même temps. Les nazis l’ont construite en un temps record après la défaite française de 1940. La base a été la cible de bombardements intensifs des Alliés, mais elle était tellement fortifiée qu’elle n’a jamais été sérieusement endommagée. Notre guide a passé l’essentiel de la visite à nous dire combien de mètres cubes de béton avaient été coulés dans telle ou telle structure, notamment les bassins de la taille de cathédrales. Le béton, nous a-t-il expliqué, est tellement épais à certains endroits qu’il lui a fallu cinquante ans pour complètement sécher. Pour les amateurs de béton, c’est un incontournable. Il m’a semblé que quelque chose m’avait peut-être néanmoins échappé lorsque j’ai lu le commentaire d’un internaute ravi : “J’y suis allé avec mes adolescents qui sont tous pacifistes et tout le monde s’est beaucoup amusé.”

Lire aussiCultureUne exposition sur le “design nazi” fait polémique aux Pays-Bas
Le site abrite aujourd’hui un centre de navigation ainsi qu’un musée de la navigation et attire des marins de tous les horizons. Nous avons laissé cette partie de côté, notamment parce qu’elle comprend une présentation sur grand écran d’une course de bateaux tellement réaliste que les sièges sont équipés de rails pour stabiliser les spectateurs les moins habitués au roulis des vagues.

Charmes insoupçonnés
Mes moments préférés n’ont pas été les visites de Pont-Aven – lieu de villégiature de Paul Gauguin et de plusieurs autres post-impressionnistes – ni même de Carnac (même si ces alignements datant peut-être de quatre mille cinq cents ans avant J.-C. sont assez cool). À ma grande surprise, ce que j’ai le plus apprécié a été de m’allonger sur la plage et de faire de longues balades le long du littoral. Comme si ma tolérance pour la plage avait augmenté avec les années. Peut-être arrivons-nous tous à un moment dans notre vie où nous sommes parfaitement satisfaits de rester poser et de regarder le monde parader devant nous. La côte bretonne est abrupte et spectaculaire, découpée par des rochers et des falaises abritant ici et là une plage, parfois minuscule. Tantôt les sentiers longent la plage, tantôt ils vous y conduisent tout de suite. Les plages se prêtent merveilleusement bien à la baignade : de longues étendues plates où l’eau descend progressivement. Parfait pour les enfants.

Lire aussiCri du cœurPlage, je te hais
Véronique s’est révélée une fine connaisseuse des plages environnantes. Il y a celles qu’elle aime à marée haute, à marée basse et celles qui sont à l’abri du vent. Elle a même ses coins préférés sur chaque plage. Un soir, pour l’apéro – concept français autorisant à siroter des cocktails avec des hors-d’œuvre à la fin de l’après-midi et qui a tendance à se prolonger jusqu’à 23 heures –, elle a convaincu notre groupe de six personnes de déménager jusqu’à un coin “plus sympa” sur la même plage.

Observant une plage française, le visiteur ne tarde pas à noter que, même s’il ne manque pas de gens en surpoids, leur nombre est immensément moindre qu’aux États-Unis, l’une des nations les plus obèses du monde. C’est une chose que de savoir cela. C’en est une autre que de le constater de ses propres yeux. Bien sûr, il y a des McDonald’s mais ils ne sont pas signalés par d’immenses arches dorées et sont plutôt camouflés. Chose intéressante, les Français ne semblent pas en faire grand cas – parce que les Français prennent leur nourriture au sérieux.

Lire aussiAlimentationL’obésité des enfants, un fléau mondial aggravé par la pandémie
Nous avons rapidement adopté le rythme français consistant à faire les courses tous les jours, ne serait-ce que pour acheter du pain. Et quel pain ! Comparé à tous ceux que nous avons goûtés dans diverses boulangeries, celui que j’achète aux États-Unis est minable. Je le sais parce qu’à mon retour, j’ai acheté une baguette terriblement déprimante pour mes papilles fraîchement éduquées.

Vacances réussies
Ma compagne a rapidement démontré une capacité insoupçonnée à rester allongée sur la plage toute la journée, interrompant cette activité par de courtes immersions jusqu’à la poitrine – un passe-temps très populaire, en tout cas à Larmor-Plage. L’eau était délicieuse une fois qu’on s’y était habitué, affirmait-elle. Après y avoir risqué un orteil, je la trouvai un peu trop fraîche à mon goût et décidai d’aller explorer les environs.

Lire aussiBretagneMini-croisière sur le “Krog e Barz” au large du Morbihan
Une multitude de sentiers sillonnent la côte. S’ils n’ont pas de plaque historique, ils donnent bien l’impression d’être là depuis des siècles. Certaines falaises s’élèvent entre 22 et 30 mètres au-dessus de la mer. Et l’eau se teinte de nuances subtiles et changeantes sous la lumière, passant d’un vert émeraude à un bleu turquoise ou foncé. C’est ainsi que j’ai découvert tout le plaisir d’une simple balade face au spectacle hypnotisant des flots.

La Bretagne se situe relativement au nord et, en été, le soleil se couche après 22 heures. Cette expérience s’est révélée si profondément relaxante qu’au bout d’une semaine, lorsqu’un ami de Véronique m’a demandé mon adresse, j’ai été incapable de la lui donner sans regarder mon permis de conduire. Ce qui est, soit dit en passant, la preuve de vacances réussies. Là encore, de même que je me suis découvert des affinités avec la plage, j’ai découvert que j’étais à l’aise avec les amis de Véronique. Je me suis même bien entendu avec sa mère, une femme formidable qui s’est adoucie un peu après que je l’ai complimentée sur les champignons sauvages dont elle avait agrémenté notre omelette. Les plantes sauvages de la région ne semblaient avoir aucun secret pour elle.

Quand la presse étrangère voyage en France
Tout l’été, Courrier international vous invite à suivre la presse étrangère dans les villes et les régions françaises. Un tour de France qui va de Marseille à Paris. En passant par l’Auvergne, l’Ile-de-Ré, la Bretagne, l’Hérault... Venez redécouvrir la France vue par les presses américaine, allemande, italienne, belge et britannique.

Courrier International
Dangereux délices
Un jour, j’ai marché si longtemps que je me suis perdu. Je me suis arrêté à un café du bord de mer pour demander à un homme où nous nous trouvions. Ne comprenant pas ce qu’il me disait, je décidai d’appeler Véronique et lui passai le téléphone. Après un bref échange, il me rendit le téléphone. “Ne bouge pas, me dit Véronique, reste là où tu es, je viens te chercher.”

Elle m’annonça qu’elle voulait m’emmener dans un endroit dont elle avait entendu parler, près de Baden. Nous avons roulé sur une petite route jusqu’à ce que je sois convaincu que nous étions perdus. C’est alors que nous avons débouché sur un petit port abritant un cabanon en bois avec des caisses d’huîtres fraîches et une petite terrasse. L’endroit était loin de tout, de toute évidence ouvert seulement en été et rempli de gens manifestement bien informés. Je commandai une douzaine d’huîtres, une bière et des moules à la crème tandis que Véronique optait pour un demi-homard et des palourdes. Tout était absurdement délicieux. Et en guise de dessert, un kouign-amann – spécialité locale à base de beurre, farine et sucre. La pâte, pliée et repliée maintes fois, crée une texture caramélisée à l’extérieur en conservant un intérieur moelleux, dense, sucré et salé.

“Il ne faut pas qu’on tarde à rentrer, dis-je en soupirant.

– Pourquoi ça ?

– Parce que, si on reste, je vais en manger six par jour.”

Bill Heavey
Cet article a été publié dans sa version originale le 03/09/2021.
Source
The Washington Post
WASHINGTON http://www.washingtonpost.com
Revenir en haut Aller en bas
mabeille

mabeille


Messages : 12936
Date d'inscription : 12/10/2016
Age : 55
Localisation : Haute-Savoie

Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !) - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !)   Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !) - Page 30 EmptyDim 10 Juil - 18:08

Magnifique Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !) - Page 30 2788027461
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !) - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !)   Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !) - Page 30 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Politique: avis, arguments etc... (pas de bagarre sinon je cogne !)
Revenir en haut 
Page 30 sur 30Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forum KIMBDHELIRANT :: Les boulets-
Sauter vers: